• Patrick Sansano

Article du magazine "Vero" numéro 26 02/07/2020 traduction en français

EMMA ARTICOLO DI VERO NUMERO 26 02/07/2020

Article de Giovanna Fumaroia, traduction de Patrick Sansano

C’erano una volta gli uomini scoprivano le star. Se un tempo avessero chiesto in giro chi fosse il vero talent scout della TV italiana, se la sarebbero giocata in rigoroso ordine all’alfabetico Renzo Arbore, Pippo Baudo, Maurizio Costanzo. Poi è arrivata Maria De Fillipi, battezzata proprio dal suo marito Costanzo, e non c’è stato più per nessuno, nel bene et nel male, perché vogliamo parlare solo di lei, di Emma Marrone, fulgida stella cresciuta alle corte di Maria.

Emma se continua cosi potrebbe essere la vera erede di un’icona televisiva come Raffaella Carrà, entrambe hanno grinta da vendere, entrambe sono emerse solo grazie al talento, entrambe amata da uomini, donne, light (sigla per lesbiche, gay, bissessuali e transgender). Per fare il passo definitivo verso « zia Raffaella », a Emma è mancata, al momento, solo un compagno come Gianni Boncompagni.

Non potrà rimediare : di Boncompagni ne nasce uno ogni cento anni, forse. Senz’altro, pero, se la cantante diventasse più « sapiosexual », ne guadagnerebbe in ricchezza interiore. La definizione riguarda donne attrate eroticamente più dagli uomini intelligenti che dai belloni. Scorrendo l’elenco degli ex della Marrone, troviamo nomi come Stefano De Martino, Marco Bocci, Fabio Borriello, decisamente non ci siamo ancora. Ma Emma è giovane, ha tempo per recuperare. Sopratutto, lei non ha bisogno del gossip per fare parlare di sé e quando è successo che il gossip la inseguisse – vedi l’abbandono da parte di De Martino per mettersi con Belen – è stato sempre suo malgrado. Oggi, nel chiacchiericcio generale della loro rottura, Emma potrebbe mettersi al balcone con i popcorn in mano, a seguire l’evoluzione della facenda, col sorrisetto da vendetta tardiva. Ma non è certo il tipo, lei ha ben altro da fare.

Come si fa peraltro a non voler bene a Emma ? A non trovarla simpatica, vera, brava, tosta ? Plaudiamo gaudenti, dunque, alla notizie che, unica donna, sarà nel giuria del prossimo X Factor, insieme con Manuel Agnelli, Mika e il signor Hell Raton, new entry tutta da scoprire. « Penso di averlo fatto prima a Maria De Fillipi e poi a mia mamma », ha racontato. « Ero molto contenta e orgogliosa perché mi ha scoperto lei, ed è felice per la strade che ho fatto. Le ho detto che avrei fatto X Factor e ho visto veramente l’orgoglio nei suoi occhi ». Se non siete appena arrivati dallo spazio siderale, saprete infatti che la cantante salentina è stata lanciata nel 2010 da Maria De Fillipi ad « Amici ». Non lo sapeva nessuno, ma all’epoca la nostra aveva già lottato contro una grave malattia. Non volle riverlalo durante i provini del talent, niente piagnestei. Non gradiva favoritismo. Emma sapeva che poteva farcela anche senza accarezzare il tasto della commozione. Infatti, vinse l’edizione.

Lo scorso novembre (nb : era settembre), la malattia è tornata a farsi sentire. La Marrone ha dovuto interrompere il suo tour e avvisare i fan : « Vi prometto che tornero più forte di prima ! Ci sono troppe cose belle da vivere insieme. Adesso chiuso i conti una volta per tutte con questa storia e poi torno da voi. Grazie e state sereni davvero… Andrà tutto bene ! » aveva detto. Ed ecco la Fillipi, la schiva e un po’ timida Maria, correre subito al suo fianco, con una lettera pubblica, vibrante e commossa : « Ci sei, ci stata e so che ci sarai sempre nella mia vita, me lo hai dimostrato ogni volta che avevo bisogno di te e ti chiamavo. So che l osai ma riperterlo non è mai abbastanza e, come diceva mia madre, « verba volant scripta manent », io se tu vorrai nella vita ci saro sempre. Ti voglio un bene dell’anima davvero, non avere mai paura di nulla perché sei fortissima ». Aveva ragione Maria : Emma è fortissima, è anche fortunata perché tutto è andato a finire molto bene. Gli ultimi controlli hanno dato un ottimo esito, e la cantante ha potuto dare la bella notizia, subito seguito dalla chiamata nella giuria di X Factor. Sarà nel suo mondo.

La Marrone è una seria professionista, ha fatto una gavetta che oggi fanno pochi. Il padre Rosario era chitarrista in una band e le ha trasmesso la passione per la musica. Fin da ragazza, mentre frequentava il liceo classico di Galatina, in provincia di Lecce, Emma si esibiva nelle feste di paese e nei locali. Dopo la vittoria ad « Amici », ha consolidato il successo al Festival di Sanremo nel 2011 in coppia con I modà, è arrivata seconda con il brano « Arriverà » e l’anno successivo, ha vinto con « Non è l’inferno ». Nel 2015, « Arriverà l’amore », dedicato alla storia tra due gay. Non è stato un caso : Emma è in prima fila per i diritti degli omosessuali, anché quando posta con Twitter un sonoro « Mejo se sto zitta ! », riferito al libro di Benedetto XVI, nel quale si definiscono le notte gay « segno dell’Anticristo ». Anché su questo tema, è in sintonia con la Raffaella nazionale, icona gay per definizione, che al Corriere spigo : « Quando si parlà delle adozioni a coppie gay ma anche etero, faccio un pensiero : « Ma io con chi sono cresciuta ». Mi rispondo : con due donne, mia madre e mia nonna. Facciamoli uscire i bambi dagli orfanotrofi, non crescono cosi male quando avranno due padri o due madri. Io le ho avute. Sono venuta male ? » Quasi si puo dire che anche Emma abbia avuto due madri : la sua e Maria De Fillipi. Ed è venuta benissimo.

Il fut un temps où les hommes découvraient les stars. Si un temps, on avait demandé qui était les vrais talents de la TV italienne, cela se serait joué par ordre alphabétique entre Renzo Arbore, Pippo Baudo, Maurizio Costanzo. Ensuite est arrivée Maria De Fillipi, aidée par son mari Costanzo, et il n’y a plus eu de place pour personne d’autre, en bien ou en mal, car on ne parlait que d’elle, car nous voulons parler seulement d’elle, d’Emma Marrone, vedette apparue dans le sillage de Maria

Emma si elle continue ainsi pourrait devenir son héritière, la vraie héritière d’une icone telévisée comme Raffaella Carrà, toutes deux ont la volonté de vendre, toutes deux ont réussi grâce à leur talent, aimée à la fois par les hommes, les femmes et les light (lesbiennes, gay, bisexuels, transgenres). Pour faire le pas définitif vers « Tante Raffaella », il a manqué à Emma au bon moment seulement un compagnon, comme celui de Raffaella Carrà, Gianni Boncompagni.

Emma n’y peut rien : des gens comme Boncompagni, il en nait un par siècle peut être. En dehors de cela, si la chanteuse devient plus « sapiosexual », elle en gagnera en richesse intérieure. La définition concerne les femmes attirées érotiquement plus par les hommes intelligents que par les bellâtres. En parcourant la liste des ex d’Emma Marrone, on trouve des gens comme Stefano De Martino, Marco Bocci, Fabio Borriello, décidément, pas le top. Mais Emma est jeune, elle a le temps pour trouver mieux. Surtout qu’elle n’a pas besoin des journaux à scandales pour faire parler d’elle et quand cela est arrivé (comme le départ de De Martino pour Belen), cela a toujours été malgré elle. Aujourd’hui, dans les potins de leur rupture, Emma pourrait se mettre au balcon avec des popcorn à la main, à suivre l’évolution de l’histoire, avec un petit sourire de vengeance tardive. Mais ce n’est pas son genre, elle a bien autre chose à faire.

Comment peut on ne pas aimer Emma ? Ne pas la trouver sympathique, vraie, forte, dure ? Nous sommes donc heureux d’annoncer que comme seule femme, elle sera jurée dans la prochaine saison de X Factor, aux côtés de Manuel Agnelli, Mika et Hell Raton, nouvelle aventure entièrement à découvrir. « Je crois l’avoir annoncé en premier à Maria De Fillipi et ensuite à ma mère » a raconté Emma. « J’étais très contente et orgueilleuse car c’est elle qui m’a découverte, et qu’elle est contente de la route que j’ai faite. Je lui ai dit que j’allais faire X Factor et j’ai vu vraiment l’orgueil dans ses yeux ». Si vous ne venez pas de la planète Mars, vous savez que la chanteuse Emma Marrone de Salento s’est lancée en 2010 dans « Amici », télécrochet de Maria De Fillipi. Personne ne le savait mais à l’époque, elle luttait contre une grave maladie. Elle ne voulait pas en parler durant les sélections, ne pas apitoyer. Elle n’aimait pas le favoritisme. Emma savait qu’elle pouvait réussir sans jouer sur ce point. En définitive, elle a gagné l’édition.

Au mois de septembre (non novembre comme le dit l’article), le mal est revenu. Emma Marrone a du arrêter sa carrière et en parler à ses fans : « Je vous promets que je reviendrai plus forte qu’avant ! On a trop de belles choses à vivre ensemble. Maintenant, je règle cette histoire une fois pour toutes et je reviens. Merci, et soyez vraiment tranquilles. Tout ira bien ! » avait elle dit. Aussitôt, Maria De Fillipi même si elle un peu réservée lui est venue à la rescousse dans une lettre publique, vibrante et émouvante : « Je suis là, j’ai toujours été là et le serai toujours, tu as été fidèle envers moi tant de fois sans que j’ai besoin de te le demander. Comme disait ma mère, « les paroles s’envolent, les écrits restent ». Si tu le veux, je serai toujours présente pour t’aider. Je t’apprécie et tu n’as rien à craindre car tu es forte ». Maria avait raison car Emma est forte et chanceuse. Tout s’est bien terminé et les derniers contrôles médicaux sont bons, et la chanteuse a pu annoncer aussitôt après qu’elle serait jurée dans X Factor. Elle y sera à son aise.

Emma Marrone est une bonne professionnelle, elle a fait un parcours que peu ont fait. Son père Rosario était guitariste dans un groupe et lui a transmis la passion de la musique. Toute petite, alors qu’elle était encore au lycée classique de Galatina, dans la province de Lecce, elle chantait dans les fêtes de village et les bals. Après la victoire à « Amici », elle a confirmé l’essai en 2011 au festival de Sanremo en arrivant deuxième avec le groupe I Modà et la chanson « Arriverà » et l’année suivante, elle a gagné avec « Non è l’inferno ». En 2015, elle a fait une chanson pour un couple gay, « Arriverà l’amore ». Ce n’est pas par hasard, Emma Marrone est en première file pour lutter pour les droits pour les homosexuels, mais également sur le réseau social Twitter « Tant pis si je reste vieille fille ! » en se référant au livre du pape Benoît XVI qui a défini les homosexuels comme un signe de l’Antéchrist. Toujours sur ce thème, en adéquation avec Raffaella Carrà, icône gay par définition, qui au magazine « Corriere della Sera » expliquait : « Quand on parle d’adoption par les couples gay ou hétéro, je me rappelle : « Mais comment ai- je été élevée? Je me réponds : avec deux femmes, ma mère et ma grand-mère. Faisons sortir les enfants des orphelinats, on n’est pas malheureux quand on a deux pères ou deux mères. Je les ai eu. M’est il arrivé quelque chose ? ». On peut dire la même chose d’Emma Marrone qui a eu en quelque sorte deux mères : la sienne et Maria De Fillipi. Et cela lui a réussi.


This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now